Mon premier article sur ce blog sera donc un coup de gueule. Et un coup de tristesse.

Je suis Demoiselle de France. Cela signifie que je sors des Maisons d’Education de la Légion d’Honneur. J’ai effectué mon lycée à Saint Denis, dans cet internat prestigieux qui regroupe près de 400 filles, en uniforme. Nous venons de milieux différents, riches, classe moyenne ou familles nombreuses.

Le samedi 06 juin 2015, des parents d’élèves, une soixantaine, sont entrés, sans autorisation, dans mon lycée. Ils sont venus protester contre les inégalités entre les établissements de cette ville de Seine Saint Denis (93). La maison n’est pas classée dans le réseau d’éducation prioritaire. Et pour cause. Nous ne dépendons pas du ministère de l’Education mais de la Grande Chancellerie, institution de l’Etat.

lgion 3Un peu d’histoire : les Maisons d’Education de la Légion d’Honneur ont été créés il y a maintenant plus de 200 ans par Napoléon 1er. L’empereur voulait donner une éducation aux filles de ses officiers et sous officiers. Surtout quand celles-ci étaient devenues orphelines. Couture, lecture et cuisine étaient au programme. Deux siècles plus tard, la Légion a changé, au revoir vie de femme au foyer, bonjour études supérieures!

Deux traditions perdurent : l’uniforme et l’acceptation du dossier.
L’uniforme. Au cours de mes 3 ans de lycée, j’ai été le cobaye avec mes camarades, pour définir le nouvel uniforme. Matières, textures, couleur…finalement, ce sera une robe bleu marine, en cache cœur et un chemisier blanc. Classique.

Pour le dossier, qu’il soit bon ou mauvais, il faut avant tout que l’un de vos parents ou grands parents ou arrières grand parents ait reçu la Légion d’Honneur et/ou la Médaille Militaire et/ou l’Ordre National du Mérite. Pour moi, c’était mon grand père, il a reçu les trois, il était Général.

Mais ce qui fait que cet établissement est prestigieux, c’est que nous avons choisi d’être ici. C’est difficile, il faut avoir un bon niveau certes, mais étant en internat sans autre distraction que du sport et de la musique, le calcul est vite fait : 100% au Bac.

legion 2Je suis d’accord avec ces parents qui se sentent lésés pour leurs enfants, c’est compréhensible. Mais nous attaquer ne résoudra rien, nos subventions ne sont pas les mêmes. Nous sommes 30 par classe, nous n’avons pas plus de professeurs que les autres lycées, mais nous avons un cadre propice à l’enseignement, oui. Seul mon professeur d’allemand a un jour fait grève. Effectivement, ce n’est rien.

A l’heure de mon lycée, entre 2005 et 2008, nous avions la possibilité de faire du soutien scolaire en dehors de l’internat pour les élèves des collèges environnants. Nous faisions également de l’apprentissage du français pour hommes et femmes. Une aide à la communauté. Je sais bien que ce n’est pas grand chose, mais nous venions en aide.

Je suis sincèrement désolée de voir que certains n’ont pas les mêmes chances que nous, mais nous n’y pouvions rien. Nous descendons de décorés de guerre. Nous nous devons de leur montrer respect et “bonnes notes”.